Pour la Solidarite » Economie sociale » Actualités » Que fait l’Europe pour l’entrepreneuriat social (...)

Que fait l’Europe pour l’entrepreneuriat social ?

L’année 2011 fut certainement celle de l’entrepreneuriat social. En effet, la Commission s’est emparée du développement de ce type d’entrepreneuriat au travers de la programmation de nouveaux financements ou par l’intégration de l’entrepreneuriat social comme l’un des piliers de l’Acte pour le marché unique. Face à l’ambiance maussade de la sphère économique et financière, la Commission se tournerait-elle résolument vers l’économie sociale et le potentiel, encore trop peu exploité, des « entreprises sociales » pour répondre aux différentes crises qui secouent l’Europe ?


 

 

L’année 2011 a été marquée par une recrudescence de l’intérêt de la Commission européenne pour l’entrepreneuriat social. Dans sa Communication sur l’entrepreneuriat social publiée en octobre 2011, la Commission souligne en effet « un fort intérêt pour la capacité des entreprises sociales et de l’économie sociale en général à apporter des réponses innovantes aux défis économiques, sociaux et dans certains cas environnementaux actuels en développant des emplois pérennes et très peu délocalisables, l’intégration sociale, l’amélioration des services sociaux locaux, la cohésion territoriale, etc. ».

 

 

Cet intérêt de la Commission européenne pour l’entrepreneuriat social s’est manifesté, d’une part, par la programmation de nouveaux financements européens pour l’entrepreneuriat social dans le cadre de la refonte de la politique de cohésion sociale et territoriale européenne pour 2014-2020 et, d’autre part, par l’intégration de l’entrepreneuriat social comme l’un des 12 piliers de l’Acte pour le marché unique (Single market Act) adopté en avril 2011. Plus récemment, une proposition de règlement datant du 7 décembre 2011, concernant les « fonds d’entrepreneuriat social européen » (FESE), a posé la première pierre d’un futur marché européen pour le fonds d’investissement social.

 

 

Face à l’ambiance maussade de la sphère économique et financière, il semblerait que la Commission se tourne résolument vers l’économie sociale et le potentiel, encore trop peu exploité, des « entreprises sociales » pour répondre aux différentes crises qui secouent l’Europe dans son ensemble. Par différentes mesures, elle tente donc de construire un écosystème européen propice au déploiement de ce type d’économie et d’acteurs.

 

 

 

Lire le working paper